dimanche 25 décembre 2011

Presque 13 desserts de Noël, voir les 7 fruits du Nouvel An Afgan

Je ne suis pas vraiment une grande pâtissière... et c'est un euphémisme! Quelques gâteaux bien maison, voir familiaux, mais rien de plus. Par contre j'aime beaucoup les soupes de fruits (chaudes ou froides)... bon, bon, c'est vrai que l'acidité des fruits cuits me perturbe encore.

En salade de fruits, je me défends. Et j'ai tendance à en abuser pendant les fêtes de fin d'année... de quoi terminer les repas un peu lourds avec une touche plus fraiche. Alors oui les agrumes d'hiver sont mis à l'honneur avec à chaque fois les dattes et les pistaches. Ici, j'ai encore été plus loin en partant d'une recette du Nouvel An Afgan, le Mema Naoruzi, et des influences des multiples desserts provençaux.

Dans la version afgane, les fruits sont réhydratés une nuit et la salade de 7 fruits (surtout deux sortes de raisins secs) contient un vin doux... le tout est dégusté en buvant un petit thé, tchai... Ici la réhydratation n'est pas complète et les fruits sont différents mais l'idée de le manger avec un petit thé noir est à garder.

Salade multi-trésors de fêtes:
3 oranges
1 poignée d'abricots secs
une cuillérée à soupe de myrtilles séchées
une dizaine de dattes
1 poignée d'amandes
1 poignée de noix de cajou
1 poignée de noisettes
1 poignée de noix
1 poignée de pistaches
1 cuillérée à soupe d'eau de fleur d'oranger
1 cuillérée à café d'huile d'olive
1 tour de moulin de poivre
1 pincée de sel

Pour monder les fruits à écales après avoir bien-sûr casser les coques (sauf pour les noix de cajou et les pistaches qui sont souvent vendues sans peau), il suffit de les plonger 1/2 heure dans de l'eau bouillante et si les peaux sont résistantes, retirez l'eau et remettez de l'eau bouillante.

Pour réhydratez les fruits secs, plongez-les dans du thé rouge roobois ou un thé noir parfumé (par exemple aux épices), chaud bien-sûr, pendant 1 bon quart d'heure.

Zestez une orange et pelez à vif les deux et détachez les suprêmes. Rajoutez les noix de cajou, pistaches, myrtilles, l'huile et l'eau de fleur d'oranger, le poivre et le sel.

Coupez en gros cubes les fruits secs regonflés et égouttés. Rajoutez-les à la salade de fruits avec les fruits à coque. Mélangez et servez avec, par exemple, des fruits déguisés (dattes fourrées à la pâte d'amande).

De quoi vous souhaiter un très goûteux et délectable Noël!!

samedi 17 décembre 2011

Harcha du week-end

J'avais envie de cette "friandise", j'avais envie de sucré, j'avais envie de quelque chose faite maison et quand je suis tombée sur la recette de Harcha de Passion culinaire, j'étais ravie...
La recette est assez riche mais le résultat est plus que délicieux.

Harcha pour une grande poêle:
75g de semoule de maïs (polenta)
50g de semoule de blé fine
75g de beurre fondu
50ml de lait froid
1/2 sachet de levure
1 cuillérée à soupe de sucre

Mélangez le sec, puis le beurre fondu et enfin le lait.

Chauffez une poêle et mettez la totalité ou la moitié avec une forme. Laissez dorer chaque face.

De mon côté je n'ai aps réussi à faire des galettes non friables. Je n'ai pas dû suivre la recette exactement: je n'ai pourtant pas "détendu les semoules" mais est-ce que mon mélange était bien collant ? Pour la faire au mieux, allez donc sur la version originale.

Je l'ai servi avec un thé bien chaud... je l'ai arrosée de sucre et de beurre fondu.

jeudi 15 décembre 2011

Chou-rouge aux poires, comme un souvenir d'enfance

Ariane demandait sur son blog si nous avions une continuité dans notre manière de manger, entre la cuisine des parents ou grands-parents, quand nous étions enfants, et celle que nous préparons aujourd'hui adulte. D'ailleurs n'hésitez pas à aller sur son blog, L'art de manger: elle nous offre des débats intéressants et une autre idée de l'alimentation, sans culpabilité, avec plaisir, respect des sensations. Son propos est pertinent et va loin, de plus ces astuces de diététicienne, autant pour les problèmes de poids que pour les problèmes d'organisation d'un repas, sont les bienvenues.
Je n'ai pas beaucoup de recettes qui reviennent dans mon présent. Je les note cependant précieusement. Surtout quand elle concerne un légume que je n'aime que peu: le chou.
Bon bon, le chou pomme/blanc je l'aime en salade fermentée japonaise, en fermenté allemand/alsacien avec la choucroute cuite ou crue, en colleslaw ou en tourte... donc émincé très finement.
Le chou frisée ne me plait qu'en potée ou farci.
Le chou de Bruxelles avec ricotta et lardons.
Les choux asiatiques, chinois, pak-shoï, pe-tsaï, ont par contre beaucoup de mal à être appréciés! Allez on ne va pas tout mettre sur le dos de ma maman mais le fait de l'avoir toutes les semaines au menu, en large bandes ligneuses, fades et quelques fois molle ou limites en terme de fraicheur m'a laissé perplexe.
Celui-que je préfère est le chou-rouge, plus doux. Et la recette suivante en utilise... bon, bon oui ce ne sont pas ceux qui me posent problème mais bon.

Du côté de ma grand-mère maternelle, nous avions l'hiver du chou-rouge aux pommes, une recette belge disait-elle. Par la suite je l'ai refaite en y introduisant en plus une saveur aigre-douce, donnant plus de corps... et de sucré, en cela, elle devient presque une recette allemande.

Chou-rouge aux poires:
1/2 chou-rouge
2 poires
1/2 jus de citron
1 cuillerée à soupe de sucre
1 cuillerée à soupe de raisins secs (facultatif mais c'est pour faire plaisir aux hommes de la maison... à qui je les donne, parce que moi bof)
1 peu de beurre

Émincez le chou-rouge finement en lanières, et faites le "dégorger" un peu dans une casserole à fond épais avec le sucre, le citron et le beurre. Rajoutez les raisins secs et un verre d'eau.

Faites cuire une bonne dizaine de minutes en tournant et rajoutant de l'eau au cas où. Épluchez les poires en quartier coupés en deux. Quand le chou-rouge devient tendre, rajoutez les poires et laissez encore cuire un peu, les poires doivent rester en morceaux et le chou doit être presque fondant.

Et voici mon Kimchi en cours

lundi 12 décembre 2011

Sous leurs sapins je mettrais des cadeaux gourmands

De plus en plus je compte offrir des cadeaux gourmands, faits maison. Pourquoi?

Parce que c'est une attention particulière. Parce que le cadeau demande un peu plus de temps qu'aller l'acheter dans un magasin. Parce qu'aussi c'est un partage.
Parce que c'est une idée de nomadisme alimentaire.
Et enfin parce qu'il est éphémère. J'aime cette idée de temporalité. Me dire que le bocal, le panier, la boite sera dévoré... pour ne laisser qu'un souvenir.

*source de ce sapin gourmand avec astuce de décoration
Alors oui il ne reste que peu de temps mais bon en piochant ici et là sur les blogs de cuisine, voici un petit récapitulatif qui va se compléter au fur et à mesure.

J'ai plus d'affinité avec les produits qui se conserveront assez longtemps, voici pourquoi je les propose dans cet ordre là.

Bruts (en commençant par des ingrédients secs que le gâté pourra associer comme bon lui semble), avec quelques moulinages à farine maison:

- du riz particulier, italien pour les risotto, japonais pour les makis et sushi
- du riz glutineux ou de la farine de riz glutineux pour les mochis ou daifuku
- un mélange protéines végétales pour la pâte selon le duo BERG: mélange [(grains de sarrasin + lentilles vertes) torréfiés + 1 cuillère à café de graines de lin] mouliné qui se conserve 1 semaine au réfrigérateur
- des fruits secs (dattes medjool, figues de zagros, pruneaux secs, myrtilles, baies de goji, fraises, mangues, cramberries, bananes, kakis, melons)
- des légumineuses torréfiées et passées au moulin pour une consommation plus rapide
- des feuilles de riz pour nems
- des épices récupérées dans une épicerie spécialisée (safran, piment, vanille, réglisse,
- de l'herboristerie pour les tisanes douces (verveine, tilleul, bardane, hibiscus, mauve, fleur d'oranger, fenouil, mélisse... )
- des algues avec une idée de recette
- des mochis déshydratés
- des pâtes sèches spéciales: italiennes, japonaises (udon, soba, vermicelles), orientales (langues d'oiseau)
- des confiseries régionales
- du thé en vrac, du café fraichement moulu
- des tubes de condiments (wasabi, purée de gingembre)
- des huiles essentielles comestibles ou hydrolats
- des champignons secs
- ici d'autres idées "santé" par My New Roots

Des bocaux
- tous prêts:
oléagineux (d'amandes, de noisettes, de noix de cajou, de cacahouètes, de sésame),
miels typées d'une plante en particulier,
fruits macérés dans du miel, tisanes coréennes (jujubes, yuzu, gingembre, aloe vera etc...)
mélanges tous prêts (purées de légumes aux épices, aux condiments, aux herbes)
citrons confits, tomates confites
alcools, liqueurs, huiles
- des confitures
- des chutney, dip, tapenade ou relish
- des légumes lactofermentés (choucroute fermentée maison, kimchi, pickels, gingembre mariné)
- des huiles parfumées
- des liqueurs (eau de vie), des sirops (sureau, réglisse, coquelicot etc)
- des gelées de thé, de noix, d'herbes aromatiques

Des "prêts à l'emploi", bocaux contenant tous les produits secs à bonne mesure auquel il ne reste plus qu'à rajouter les ingrédients humides (avec recette jointe bien-sûr):
- kit de granola (pour petits-déjeuners ou barres de céréales)
- kit pour cookies (farine et bonus, pépites de chocolat, noix, noisettes, noix de coco, fruits secs)
- kit pour risotto (riz italien avec au choix : algues, champignons, épices, herbes séchées, tomates séchées, écorces de citron séchées)
- kit pour pain d'épices (farine complète au choix et toutes les épices)
- kit pour chocolat chaud avec boule de chocolat sur un pic et assortiment de bonus (mini-guimauve, épices, sucres candi ou autres)


*source Hexenhaus

Des biscuits à préparer (et autres astuces):
- des Hexenhaus, Gingerbreads ou une cape de mendiant
- idées de Papilles et Pupilles (biscuits)
- de Requia (avec astuces de présentation)
- de Cathy (des recettes, astuces, idées livres, idées ustensiles)
- de Pascale ici et
- de Parmesan et Paprika
- de La main à la pâte
- de Un déjeuner au soleil
- les idées de Jasmine de chaque année ici, , , , , , et
- des bredele de Beau à la louche
- et le blog de Garance qui en fouinant vous en offre énormément
- et le blog de Cakes in the city comblera les manques en biscuits.
- et pour les intolérants, pas de problème: Makanai vous propose des cookies et autres biscuits, et sans gluten c'est ici aussi

Des ustensiles:
- un suribachi ou autre mortier
- des cuillères en bois d'olivier (hum cette main à salade), des baguettes de dégustation ou de cuisine
- un germoir à graine comme celui-ci par exemple
- des contenants: bols à riz, tasses particulières, théières, bols à thé rakua>,
- une mandoline professionnelle, une râpe à zestes, un hachoir berceuse pour les herbes aromatiques
- un kit pour faire le tofu soi-même
- des machines: un ricecooker, une ma
chine à laits végétaux, un déshydrateur, un moulin à céréales ou mieux à légumineuses et graines
- des emportes-pièces, des moules à gâteaux spéciaux (madeleines, financiers, muffins)
- des moules artisanaux, à beurre,
à wagashi
- des paniers vapeur en bambou, des paniers en bambou pour riz gluant ngouat nung (thaï กระติ๊บ), un diable

Des livres de cuisine:
- j'en note ici
- d'autres présentés là

*source de furoshiki avec des infos en plus

Des emballages spéciaux:
- des paniers en osiers
- des bocaux et petites étiquettes
- des bento
- des lunch box
- des bouteilles
- emballés dans un tissu à la mode japonaise en furoshiki
- des boites à bijou
- des tiroirs à épices
- un panier à picnic

Ici d'autres idées de cadeaux, gourmands ou non, ou au pied du sapin.

mardi 29 novembre 2011

Far breton version familiale et portrait ridé du pruneau

C'est une recette que j'avais récupéré d'un membre de la famille maternelle. Bien qu'ils aient vécus dans le sud Bretagne, aucun n'est vraiment breton. Cette recette n'est donc pas la version originale surtout qu'à la base il n'y a pas de pruneaux bien-sûr. Pour une version plus authentique, n’hésitez pas à faire le Farz Buan de Patrick.
Là j'avais envie de refaire la recette aux pruneaux, savoir si le far était meilleur que celui du commerce et aussi utiliser mes pruneaux d'Agen. Verdict! Moins sucré et moins bourratif... attention toutefois à le cuire à point.

Savez-vous que les vrais pruneaux d'Agen se conservent des années? Bon bien-sûr ce ne sont pas ceux que vous trouvez dans le commerce en sachet fermé. Ce ne sont pas les pruneaux brillants, noirs et moelleux. Ce sont les vrais, les prunes d'Ente qui sortent des fours et qui "maturent" (même si le terme n'est pas forcément exact) dans des caisses en bois de stockage, palox. Ils sont plus ridés et, pour les plus vieux, le sucre est sorti et forme une couche sur les pruneaux. Vous pouvez aussi, si vous les achetez directement à la production, les conserver à la maison, à l'abri de la lumière, de l'humidité et de la chaleur.
Nous allions avec mes grands-parents paternels, eux vivant dans le Lot-et-Garonne, directement aux calibrages, triages et à la sortie des claies. Et ma grand-mère choisissait des pruneaux de l'année d'avant. Sachant surtout que les producteurs vendaient les pruneaux des années précédentes pour les grands distributeurs qui eux les humidifiaient et rajoutaient pour certains du sucre.

Oui oui ce n'est pas forcément évident pour les novices mais ceux que j'aime sont les tous secs, presque tous blancs et au fort taux de sucre caramélisé. Je ne peux presque plus consommer que ceux là et je boude les trop mous, limite poisseux qui peuvent moisir très vite.
Je fais gonfler mes pruneaux secs dans un thé rouge chaud, le faux, le rooibos. Peu d'infusion rajoutée au fur et à mesure et je laisse 1 journée. Le plus souvent je bois le jus, mais c'est selon le temps de conservation des pruneaux: à plus de deux ans de conservation, l'eau passe aux plantes.


Far breton version familiale aux pruneaux
3 œufs entiers
125g de farine de froment tamisée
6 dl de lait
80g de sucre
1 cuillérée à soupe de miel (si possible de sarrasin)
1 gousse de vanille
20 pruneaux

Préchauffez le four à 150°C.

Battez les œufs au fouet en rajoutant le sucre, le miel. Puis la farine et le lait froid. Coulez le mélange dans un "sabot breton" ou au pire dans un moule à manquer graissé et fariné. Farinez les pruneaux (sans avoir retiré les noyaux) et mettez-les en surface.

Enfournez entre 55 minutes et 1 heure... ou plus: la pointe du couteau doit revenir entièrement sèche (sauf pruneau) du centre du gâteau.

Et une recette encore mieux là!

vendredi 25 novembre 2011

Céleri-rave à la crème d'amandes et grenades

J'ai toujours connu dans mon enfance la purée de céleri-rave nature... j'avais du mal. Par la suite, j'ai apprécié cette purée que nous avions avec le gigot d'agneau chez ma grand-mère maternelle. Mais il est vrai que je l'aimais pas tant que cela toute seule.
Alors comment me réconcilier avec ce légume en le mettant à l'honneur dans un plat végétarien? Oui en soupe (ou purée) avec des pommes de terre ou de la courge mais je trouve que son goût accompagne l'autre "légume" sans se servir au passage. Comme texture aussi dans d'autres soupes de légumes. Oui.
En légume cuit comme un risotto, il m'a convaincu mais il était encore un peu boudé par les autres. C'est cette manière, plus douce, presque sucrée tout en étant bien charpentée, qui a le plus de faveur. L’âcreté du céleri-rave est adoucie par la purée d'amandes, la touche d'acidité de la grenade et la sauge fondue et crue apportent du relief.

Céleri-rave à la crème d'amandes et grenades
1/2 céleri-rave
1 grosse cuillère de purée d'amandes entières
1 cuillérée à café de soja cuisine
4 feuilles de sauge
1 poignée de graines de grenade

Epluchez le céleri-rave avec application au couteau (il a presque comme deux peaux: une extérieur et fibreuse, l'autre comme une enveloppe plus dense délimitée dans le blanc). Coupez en cubes de moyenne grosseur et cuisez à la vapeur avec 3 feuilles de sauge jusqu'à ce qu'ils soient tendres.

Préparez la sauce en ajoutant à la purée d'amande le soja cuisine. Réchauffez le tout et ajoutez la feuille ciselée de sauge restante. Puis mélangez la sauce aux légumes et ajoutez sur le dessus les graines de grenade.

mardi 22 novembre 2011

Cake de tiges de cresson, fromage et tomates séchées

J'aime beaucoup la saveur du cresson. Souvent je réserve ce légume pour des plats le mettant en valeur. Maintenant je ne l'achète que très rarement car c'est vrai son "épouillage" me déplait: je n'aime pas du tout la différence de texture qu'il y a entre les feuilles et les très très nombreuses tiges bien filandreuses.
Alors quand la cueillette est d'un cresson nouveau, aux tiges encore fines, je fais juste en sorte de plus cuire ces dernières que les feuilles et souvent cet effet un peu plus fibreux n'est plus du tout désagréable, comme une asperge tendre. C'est souvent une influence japonaise, en shiroae au tofu ou avec une sauce à la cacahouète. Mais quand je souhaite un légume uniquement fondant ou que les tiges sont plus coriaces, qui ne se coupent plus à l'ongle, alors j'utilise d'autres moyens.
Un moyen d'utiliser les tiges de cressons et aussi les yaourts nature qui peuvent se perdre. J'ai pris la recette de base de cake de Julie et voici un petit en-cas tout prêt.

Cake de tiges de cresson, yaourt, fromage et tomates séchées
la base:
1 yaourt (1 pot)
3 œufs
3 pots de farine
1 sachet de levure
1/3 de pot d'huile d'olive
50g de gruyère
le reste:
50g de gruyère
tiges de bottes de cresson

6 tomates séchées

Réservez vos tiges de cresson en retirant aux ciseaux le haut des tiges, fines et avec 3 feuilles (pour une autre recette), puis feuilles à feuilles... pour ne garder que les grosses tiges pas agréables. Rincez-les soigneusement et coupez-les aux ciseaux en petits bâtonnets de 3 cm environ. Dans de l'eau salée, faites-les cuire jusqu'à ce qu'elles soient très très tendres et cuites.

Préchauffez le four à 200°C.

Mélangez les éléments humides en fouettant. De l'autre côté les éléments secs. Mélangez les deux puis rajoutez les tiges de cresson cuites et égouttées, les tomates séchées coupées en gros morceaux et le fromage.

Coulez dans un moule à cake et enfournez entre 30 et 45 minutes: la lame du couteau doit ressortir sèche.

lundi 21 novembre 2011

Crêpe coréenne au poireau et tagliatelles de courgettes

J'avais envie de faire une galette de kimchi mais sans kimchi et avec un temps de préparation très court, je me suis orientée vers cette version facile d'une crêpe coréenne. Au croquant du légume (soit chou peu cuit ou poireau al dente), j'ai rajouté un peu de pimenté pour retrouver un peu les saveurs piquantes de cette cuisine.

Crêpe d'influence coréenne au poireau
1 œuf
3 cuillerées à soupe de farine 1/2 complète
1 cuillérée à soupe de shoyu
1 cuillérée à soupe d'huile de sésame
1 cuillérée à soupe de gélatine de poulet (graisse prise du poulet rôti du midi)
du lait
1 poireau
1 pincée de shichimi togarashi (mélange de piment et d'épices)

Rincez et émincez finement le poireau. Faites le cuire à la vapeur jusqu'à ce qu'il soit tendre mais pas fondant (chez nous grâce à une boite vapeur spécial micro-onde, soit 5 minutes). Dans une jarre, mélangez l'œuf, l'huile, la farine en ajoutant au fur et à mesure ce qu'il faut de lait pour obtenir une pâte à crêpe fluide. Ajoutez le poireau tiédi.

Dans la poêle, faites fondre la gélatine de poulet. Ajoutez l'ensemble de la pâte à crêpe et poireau. Attendez que les bords de la crêpe soit bien cuit avant de retournez pour cuire la seconde face. Servez en rajoutant le shichili togarashi.

****
J'aime beaucoup les courgettes crues. Et c'est aussi de cette manière que le lutin les aime alors j'ai profité d'une recette de Laure Kie concernant une salade de fenouil que j'apprécie tellement que je me la refais presque toutes les semaines pour l'adapter à la courgette et mettre un peu de punch à ces courgettes.

Tagliatelles de courgettes au wasabi
1 grande courgette
1 noix de wasabi
1 jet d'eau
1 cuillérée à soupe d'huile d'olive
de la coriandre fraiche

Coupez en trois la courgette dans la longueur: la première coupe à 1/3 de largeur, la suivante en mettant le reste de la courgette sur le plat juste tranchée et coupez en 2 dans la longueur. Ceci permet d'avoir à chaque fois de la peau et pas trop de cœur de courgette qui a tendance à se détériorer.

Faites des tagliatelles à l'économe. Dans un bol, ajoutez au wasabi l'eau pour bien délayer et l'huile en fouettant. Dans un grand saladier ajoutez aux tagliatelles la sauce et la coriandre et laissez macérer 1/2 heure en tournant de temps en temps. Elles deviendront tendre et parfumées.

jeudi 17 novembre 2011

Aubergines et viande hachée à la japonaise

En ce moment je cuisine beaucoup japonais. En partie parce que j'ai investi dans deux livres dernièrement. Je vous en parlerais plus tard. Et aussi parce que les proposions de viandes sont alléchantes et qu'il me faut, aussi, me réadapter à la cuisine carnée en attendant d'offrir une alimentation diversifiée et à 80% végétarienne au lutin sans carence.

Aubergines et viandes hachée à la japonaise:
2 belles aubergines ( à défaut des 3 petites que je voulais)
1 petit poireau
1 gousse d'ail
1 petit morceau de gingembre
2 cuillérée à soupe de shoyu
1 cuillerée à soupe de mirin
1 cuillerée à soupe de sucre
2 steaks de viande hachée
de l'huile d'olive

Épluchez une bande sur deux la peau des aubergines, puis coupez en rondelles moyennes que vous couperez en quartier. Astuce pour réduire l'amertume de l'aubergine: trempez-la coupée dans de l'eau froide entre 5 et 10 minutes. Faites cuire à la vapeur l'aubergine jusqu'à ce qu'elle soit fondante.

Rincez et émincez finement le poireau, finement le blanc, gardé pour la garniture, le vert très très finement pour la cuisson.

Dans une poêle, faites dorer le vert de poireau, le gingembre émincé, l'ail. Rajoutez la viande puis quand elle est cuite le mirin et le shoyu. Au moment de servir mélangez la viande aux aubergines puis quelques lamelles de blanc de poireau.

Une sorte de Naing Kuk (soupe froide coréenne au concombre)

Ce n'est pas la vraie recette, je me suis juste inspirée d'elle. J'ai gardé de l'originale la sauce soja, l'huile de sésame et le côté pimenté, piquant et aussi radoucie par le sucré mais c'est vrai que mes ingrédients ne sont pas forcément coréens. J'ai rajouté du tahin aussi. Et puis je n'ai pas laissé macérer assez longtemps mon concombre.
Malgré cela, c'est une soupe froide très douce et pleine de saveurs, légèrement coréenne donc.

Naing Kuk à ma façon:
pour 2 tasses
1 concombre épineux
1 cuillérée à soupe de shoyu
1 cuillérée à café d'huile de sésame
1 pincée de piment doux
1 échalote
1 grande tasse de bouillon (ici un Kie Shu à base d'épluchures de carottes, gingembre, kombu restant d'un bouillon dashi et vert coriace de poireau, voir ici)
1 belle giclée de sucre de pomme
2 cuillerées à café de vinaigre de riz
des graines de sésame

Épluchez et coupez très fin le concombre et l'échalote. Ajoutez le shoyu, le vinaigre de riz, le sucre, le piment et l'huile. Laissez macérer quelques minutes, ici 10 minutes quand il faudrait 1 heure.

Ajoutez le bouillon et mixez, puis rajoutez les graines de sésame.

mercredi 16 novembre 2011

Gâteau moelleux polenta, citron et graines de pavot

Cela fait quelques temps déjà que je tourne autour des recettes sucrées de semoule de maïs (polenta) à base de citron et graines de pavot ou romarin. Je me suis décidée ce mercredi pour utiliser mes yaourts natures restants à péremption.... cela donne un gâteau presque au yaourt.
Le résultat n'est pas trop sec, moelleux au centre mais je rajouterais des écorces de citron et un chouilla de plus de jus de citron.

Gâteau moelleux à la polenta, yaourt, citron et graines de pavot:
2 pots de yaourt nature
80g de polenta moyenne
160g de farine blanche
1 grosse cuillérée de purée d'amandes complètes
2 cuillerées à soupe d'huile d'olive
2 œufs
1 grosse cuillérée à soupe de sirop de pomme
1 cuillerée à soupe de sucre
1 sachet de levure
4 cuillerées à soupe de graines de pavot
1 petit verre de pulco citron

Préchauffez votre four à 170°C.

Dans un premier saladier, mélangez l'humide avec un fouet en désintégrant bien la purée d'amandes complètes (rappel: si la purée d'oléagineux est dure, solide au-dessous et huile au dessus, prenez une cuillérée de solide et aussi la même proportion d'huile du dessus et passez le tout au micro-onde 60 secondes).

Dans un second saladier, mélangez le sec. Puis incorporez le sec à l'humide. Versez dans un moule à manqué beurré et fariné. Enfournez pour environ 40 minutes, la lame d'un couteau piqué revenant sèche.

A déguster avec un yaourt, un glaçage ou un sorbet.

lundi 7 novembre 2011

Fausse pizza verte (aux courgettes, pommes de terre et jambon cru)

J'essaye toujours de me faire une panoplie de menus à expérimenter mais surtout à reproduire avec délice et facilité.
C'est grâce à la babysitter de notre lutin que cette recette est arrivée. Enfin celle de la fausse pâte. Cette demoiselle est aussi beaucoup plus que cela. Elle a une vraie relation avec le loupiot qui ces soirs-là est autant à la fête que nous en partage, en comptines, en chansons anglaises et en jeux bilingues. Je prends pour ma part aussi beaucoup de plaisir à lui parler, à elle et sa maman. Elle habite juste en dessous et c'est en parlant Montessori, qu'elle a suivi avec ses sœurs, que nous avons communiqué.
Ainsi entre des réflexions sur l'éducation (avec cette jeune de 18 ans), la littérature, les partis pris d'apprentissages, nous avons parlé cuisine. C'est ainsi que la recette familiale de la "pâte folle à verser"de Zoé est arrivée chez nous. Il faut dire que nous avons un échange d'assiettes garnies: des cookies, des gâteaux, des bonbons transitent entre les étages entre les filles et le lutin (et les familles respectives).

Alors oui, une pâte folle avec une garniture spontanée.

Pizza à la "crazy crust", aux courgettes, pommes de terre et jambon cru:
pâte:
1 tasse de farine 1/2 complète
1 cuillérée à café de sel
1 cuillérée à soupe d'origan
1/2 cuillérée à café de poivre
2 oeufs
2/3 tasse de lait

garniture:
1 pomme de terre
1 courgette
1 petite boule de mozzarella
1 poignée de roquette
3 tranches de jambon cru
1 blanc de poireau

Épluchez et coupez en tranche la pomme de terre. Coupez en tranches dans la longueur la courgette. Émincez finement le poireau. Faites cuire les légumes à la vapeur (ici au micro-onde cocotte vapeur) en retirant la courgette à mi-cuisson pour qu'elle soit encore al dente.

Mélangez les ingrédients de la pâte et versez sur du papier sulfurisé directement sur une tôle en la laissant couler sur toute la superficie. Enfournez 10 minutes à 180°C.

Sortez-la pour la garnir: pomme de terre, mozza, courgette, poireau, jambon cru effiloché et roquette. Et enfournez à nouveau 10 à 15 minutes à 180°C: dès que la mozzarella a coulé, c'est prêt!

jeudi 3 novembre 2011

Salade de radis noir au gingembre et aux oeufs de lompe

J'avais envie d'utiliser le radis noir comme un daïkon (radis japonais). Je voulais diminuer le piquant, en rajoutant autrement et offrir un peu de mer.

Salade de radis noir au gingembre et aux œufs de lompe:
2 radis noir bien fermes moyens ou un grand
1/2 pot d’œufs de lompe rouge
1 cuillérée à soupe de jus de citron
1 cuillérée à soupe de mirin
quelques tranches de gingembre macéré
1 cuillérée à soupe de sucre de canne
1 cuillérée à café d'huile d'olive
1 petit bouquet de ciboulette

Épluchez les radis noirs et râpez-les. Dans un saladier, ajoutez aux radis le sucre et le mirin. Mélangez bien et laissez macérer pendant 1/2 heure au moins.

Rajoutez la ciboulette ciselée, l'huile d'olive et le citron. Sur l'assiette, rajoutez les œufs de lompe et les tranches de gingembre macéré.

mercredi 12 octobre 2011

Salade de champignons de Paris aux algues

Les algues reviennent peu à peu dans les assiettes. Elles viennent par mouvement parce que souvent mes recettes ne sont pas si spontanées, je dois y réfléchir (sauf bien-sûr la soupe miso, le seitan ou la cuisson des légumineuses).



Salade de champignons de Paris aux algues:
300g de champignons de Paris
2 échalotes
30 g d'algues, dulse et nori (ou mélange du pécheur) déshydratées
1 cuillérée à café de câpres
le jus d'1 citron
1 cuillérée à café d'huile d'olive
1 cuillérée à café de shimaya konbu ponzu (sauce de soja, jus de yuzu, jus de kombu et vinaigre entre autre)
1/2 cuillérée à café de shoyu

Réhydratez les algues dans une cuillérée à soupe d'eau pendant 10 minutes, retirez l’excédent d'eau au besoin et hachez les algues consciencieusement.

Émincez les échalotes, hachez les câpres, ajoutez les liquides et les algues. Coupez les champignons de Paris essuyés pied et chapeau séparés, le pied en petites rondelles, le chapeau en grosses lamelles. Mélangez au reste. Laissez mariner au minimum 1 heure.

mardi 11 octobre 2011

Tian d'été aux tomates anciennes

Je l'ai fait cet été. J'avais essayé d'en faire et souvent c'était bon. Mais pourquoi donc faire une cuisson encore plus longue: parce qu'ici le tout est fondant, confit, délicieux, savoureux et un peu sucré.

Tian provençal
1 kg de tomates anciennes (cœur de bœuf, noire de crimée, ananas)
3 échalotes
1 oignon
1 cuillère à café de sucre
de l'huile d'olive
du thym

Préchauffez votre four à 170°C. Émincez vos échalotes et oignon et faites les revenir dans une peu d'huile et ajoutez le sucre quand le tout est transparent. Faites dorer.

Versez dans un plat en terre. Coupez les tomates en tranches assez épaisses et placez-les en intervertissant les variétés. Arrosez d'un filet d'huile d'olive et d'un peu de thym frais.

Enfournez pendant 2h et pressez le tout une ou deux fois.

lundi 10 octobre 2011

Cake glacé de fromage blanc au chocolat

Je l'avais faite adolescente, j'avais envie de la retrouver et les quelques derniers jours chauds nous en ont donné l'occasion.

Cake glacé de fromage blanc au chocolat:
300g de fromage blanc
1/2 verre de lait
2 œufs
3 cuillérée à soupe de sucre
1 cuillérée à soupe de chicorée
2 cuillerées à soupe de poudre chocolatée sucrée en poudre

Égouttez le fromage blanc au maximum et tamisez-le à travers une passoire fine ou un tamis en recueillant la crème obtenue pour une autre utilisation. Versez peu à peu le lait, en mélangeant. Quand la crème est lisse, ajoutez les jaunes d’œufs en battant, le sucre, le café et enfin le cacao.

Montez les blancs en neige et incorporez-les à la préparation. Versez dans un moule à cake tapissé d'une feuille de papier alu ou en silicone. Nivelez la surface et recouvrez d'une autre feuille de papier alu.

Mettez au congélateur pendant 3 à 4 heures pour que le cake se solidifie. Démoulez 1/4 d'heure avant la dégustation.

vendredi 7 octobre 2011

Petits palmiers

Il n'y a pas à dire, il suffit de deux petites astuces pour que des petits cœurs sans réel intérêt (et pourtant appréciés ce jour-là) deviennent des petits palmiers (cœurs aussi) extraordinaires.
- du beurre AOC demi-sel: le demi-sel n'étant pas important si ce n'est en saveur mais l'AOC proposant une densité de beurre (avec moins d'eau)
- un passage au congélateur

Petits palmiers cœurs
1 pâte feuilletée
1 grosse noix (de la taille d'une prune plutôt) de beurre 1/2 sel AOC
du sucre glace
du sucre en poudre
du cacao ou de la cannelle (facultatif)

Mettez à fondre le beurre ou laissez-le devenir pommade à température ambiante. Préchauffez le four à 180°C.

Sortez votre pâte feuilletée du réfrigérateur et passez tout le beurre au pinceau sur toute la surface de la pâte feuilletée. Saupoudrez de sucre glace et de sucre en poudre. Rajoutez les éléments facultatifs.

Roulez la pâte sur un côté, de manière assez serrée et sur l'autre en ramenant au centre. Passez le "double" rouleau en congélateur pendant 5 minutes.

Sortez la pâte feuilletée et coupez le double rouleau en tranches 1 à 2 cm. Retournez-les à plat sur votre plaque tapissée d'une feuille de papier sulfurisée, reformez au besoin la forme et enfournez pendant 10 à 15 minutes.

mardi 4 octobre 2011

Soupe de petits pois, miso et gingembre

La recette est arrivée par erreur. Je voulais prendre le poireau que j'avais congelé coupé en tronçons et j'ai sorti du céleri branche à la place. La recette du livre me tentait alors j'ai choisi de la faire, différemment.

Soupe de petits pois, miso et gingembre
2 bols de petits pois écossés
1 bol de céleri branche
1 cuillérée à soupe de miso brun
des lamelles de gingembre marinées au vinaigre (servies avec les sushi, maki, sashimi et chirachi)
un peu d'huile d'olive
2 bols d'eau

Dans une casserole, faites revenir le céleri branche et les petits pois dans un peu d'huile. Puis ajoutez l'eau et faites cuire une vingtaine de minutes pour que les petits pois s'éclatent sous la fourchette. Rajoutez de l'eau à l'occasion pour en avoir toujours.

Prélevez une cuillère du bouillon chaud et délayez dedans le miso. Ajoutez-le à la soupe. Mixez la consciencieusement. Au moment de servir, rajoutez dessus quelques lamelles de gingembre.

samedi 1 octobre 2011

Faire la part belle au miso: dans un cake, avec de l'aubergine ou du chou-fleur

Une de mes dernières découvertes est bien l'utilisation du miso. Cette pâte fermentée japonaise dont je parlais plus spécifiquement là est dans mon alimentation depuis au moins 20 ans, l'influence macrobiotique de ma mère étant bien présente. Mais c'était un élément assez difficile à employer en le mettant en valeur. Je l'utilisais bien-sûr en alternative au sel mais à part en soupe miso, par exemple celle-ci, avec des champignons ou des aubergines, je n'avais pas encore pris mes marques. J'avais en plus l'à priori qu'il fallait juste l'utiliser en fin de cuisson... pas si sûr...

Il y a ce cake japonais qui met si bien en valeur le miso. La recette me vient d'un livre que j'ai acquis tout récemment, « Ma petite cuisine japonaise » de Laure KIE, et qui me tentait depuis longtemps, et en effet, il apporte une voie bienvenue entre l'influence japonaise et méridionale.
J'aime beaucoup que la recette, inventée par la cuisinière à défaut d'être apprise dans son pays d'origine, soit effectivement une recherche de saveurs et de texture. Ce cake, pain chaud au miso, se mangeait chaud sur le pouce au Japon. Alors comme une envie d'être en gare à Tohoku, nous l'avons commencé chaud, il était friable et finit froid le lendemain plus serré. La seconde solution est plus une dégustation à l'occidentale: le miso chaud est à tenter, froid je le trouve moins "enveloppant".

Cake au miso:
200g de farine
2 cuillérées à soupe de miso
2 pommes de terre (prises ici à la place de l'aubergine)
1 courgette
un peu de feta
des olives noires
10 cuillérées à soupe d'huile d'olive
1 sachet de levure chimique
2 oeufs
4 cuillérées à soupe de lait

Mélangez le sec. Diluez le miso dans les liquides. Fouettez et mélangez au sec.

Préchauffez le four à 190°C. Faites revenir quelques minutes les légumes en cubes (et en très fines rondelles pour la pomme de terre) dans un peu d'huile d'olive.

Incorporez les légumes al dente, la feta en cubes et les olives au mélange et enfournez 40 minutes.

****

Puis le duo BERG m'a apporté deux recettes que je me suis empressée de faire miennes au point de les refaire presque une fois par semaine. L'une est extraite de leur livre "Protéines vertes, tofu, lentilles, pois chiches, azukis" de Cécile et Christophe BERG dont je parlais là, l'autre de leur blog. La révélation est l'association du miso et de la purée de cacahouète.

La première recette associe du miso avec de l'aubergine. Oui, oui, l'aubergine confite au miso à la manière japonaise était déjà une révélation, une version que j'avais faite ici, mais là c'était une recette plus occidentale. Voici ma version simplifiée.

Gratin d'aubergines au miso, pois cassés et purée de cacahouète:
3 aubergines
1 bol de purée de pois cassé
1 à 2 cuillerées à soupe de purée de cacahouète
1 cuillérée à soupe de miso
thym
1 cuillérée à café de 5 épices

Préchauffez le four à 180°C. Coupez en cubes de moyenne grosseur des aubergines et faites les dorer à sec pendant quelques minutes dans une poêle avec le thym et les épices.Rajoutez un verre d'eau et laissez-les attendrir quelques minutes.

Mixez le miso, la purée de cacahouète et la purée de pois cassés. Dans un plat allant au four, déposez les aubergines quasi cuites puis le mélange et enfournez 40 minutes.

****
Purée renversante de chou-fleur au miso, cacahouète et tomates séchées:
1/2 chou-fleur
1 tomate séchée
1 cuillérée à soupe de miso
1 cuillérée à soupe de purée de cacahouète

Je vous laisse suivre la recette chez eux .

vendredi 9 septembre 2011

Halva aux dattes de maman

Pendant les vacances dans ma famille, ma maman me rappelait qu'elle nous avait cuisiné un superbe halva à moi et mon frère jusqu'à un presque ras-le-bol de mon frérot. Bah, quel halva maman? Parce que oui 9 ans de différence fait que lui ado moi j'étais étudiante (et partie). Alors maman a dû me le faire découvrir. Il est excellent et me permettra d'attendre une autre recette sucrée maternelle que je ne retrouve pas, et elle non plus, à base de légumineuse, de noix de cajou et peut-être de dattes aussi. A suivre.


Halva de dattes:
1/2 verre de semoule
3 verres de lait
1 cuillérée à soupe de ghee (ou 3 cuillérées à soupe d'huile)
1/5 verre de sucre
1 cuillérée à café de noix de muscade
1/2 verre de dattes en dès (soit 16 dattes écrasées)
1/4 verre de noix hachées

Montez à ébullition le lait, le sucre, les dattes. Mettez à cuire la muscade, la semoule, le ghee quinze minutes en remuant jusqu'à ce que le mélange dore. Versez le lait dessus lentement en tournant et en évitant les grumeaux jusqu'à ce que le liquide soit absorbé.

Mélangez avec les noix. Servez chaud ou froid.

lundi 22 août 2011

Gaufres maternelles au kéfir de lait et au fromage blanc

Elles reviennent souvent avec toujours autant de plaisir, plus ou moins fermentées, en sachant que lorsqu'elle met en majorité du kéfir de lait, les gaufres sont acidulées... attention toutefois à ne pas mettre que du kéfir, elles seraient alors acides.

Gaufres au fromage blanc et/ou au kéfir de lait:
280g de mélange lacté (soit 80g de lait + 200g de fromage blanc, soit kéfir de lait + lait + fromage blanc en proportion au choix)
3 œufs 150g de farine tamisée
4g de sucre
3g de levure
75g de beurre

Mélangez les lait, fromage blanc ou kéfir. Rajoutez les jaunes d'oeufs. Puis les produits secs et les blancs d’œuf montés en neige pour en faire un mélange mousseux.

Laissez reposer le mélange pendant plus ou moins une journée avec un film protecteur au contact de l'appareil dans le réfrigérateur.

Préparez le gaufrier chaud et mettez le mélange en un pâté sur chaque empreinte sans l'étaler. Comptez 7 minutes les deux faces (enfin cela dépend de votre machine).

Servies juste à la sortie, chaudes, natures, à la crème de marron, à la confiture.
Quelques fois, et c'est pure folie, avec une sauce aux agrumes: Soit 1 orange et 1 pamplemousse en suprême, liés avec un peu de jus d'orange, du sucre et de la maïzena.

dimanche 21 août 2011

Salade tiède aux allures printanières et à l'iziki

Elle en rêvait depuis longtemps, refaire cette salade qu'elle faisait quand elle était macrobiote. Alors sous l'impulsion maternelle, nous l'avons refaite, en mieux!

Salade tiède aux carottes, petits pois et iziki:
4 carottes
1kg de petits pois (avec leurs cosses à garder pour une autre recette, voir catégorie "épluchures")
1 poignée d'algues iziki séchées
1 petit bloc de tofu
1 échalote
1 cuillerée à soupe de purée de sésame semi-complet
1 cuillerée à soupe de beurre de cacahuète
un peu d'huile de sésame

Faites tremper 20 minutes les algues iziki dans le double d'eau. Écossez les petits pois et mettez-les à cuire 20 minutes dans le bouillon d'iziki avec les algues.

Epluchez et taillez en petits dés les carottes et l'échalote et faites-les revenir quelques minutes dans un wok avec un peu d'huile de sésame. Elles doivent être tendres.

Mixez le tofu avec le beurre de cacahuète, la purée de sésame et un peu de bouillon de cuisson des petits pois et des izikis.

Mélangez les petits pois, izikis, carottes et sauce et servez tiède.

Fettuccine aux orties ou lasagne aux orties et aux courgettes (pâtes pas tout à fait italiennes)

Une glane observée par des moutons bêlant indisposés et limite agressés par notre présence et de quoi se revigorer un peu le sang (malgré les gants). Bah oui, les gants ne montent qu'à mi-avant-bras et les belles pousses d'orties, même choisies très jeunes et sur le dessus (quatre débuts de feuilles au maximum dessous la pointe) sont bien au centre d'un buisson... d'orties.
Alors une grande brassées et nous voilà parties pour faire des pâtes fraîches, de manière assez rocambolesque et pour un régiment de gourmands.

A la base je suis partie de la recette de tagliatelles aux orties ici (à tester) mais aussi avec une idée de pâte très friable, sableuse comme nous le montrait Jamie OLIVER dans ses pâtes maison (en vidéo au milieu du billet). Cela donne des pâtes qui nous ont plues!)

Pour une multitude de pâtes aux orties (fettuccine, lasagnes et spaghetti)
500g de farine
5 œufs
250g de pousses d'ortie cuites (je ne les ai pesées qu'après cuisson)
du sel

Rincez les orties en prenant soin de ne pas encore les toucher, retirez les branches pour ne garder que la pousse au sommet et les feuilles. Faites-les s'attendrir dans une poêle avec une cuillérée à soupe d'eau juste pour qu'elles ne sèchent pas. Hachez-les consciencieusement.

Mettez dans un mixeur les œufs, la farine presque en entier, mélangez fonction pétrissage pâte et rajoutez les orties bien essorées, rajoutez de la farine pour que le mélange soit assez sec.

Coupez la pâte en différentes boules. Abaissez-en une sur un plan fariné, et introduisez-la dans la machine à pâte grande épaisseur. Pliez-la et repassez-la même épaisseur. Puis épaisseur intermédiaire, 1 fois, puis pliée une seconde fois. Puis à 2! Et choisissez vos découpes. Pour les lasagnes, sortez et farinez-les sur les deux faces. Réservez sur quelques couches, farinés, avec un linge au-dessus et au sec pour le jour même ou le lendemain.

Pour les autres formes de pâtes, frictionnez-les avec de la farine (moment que j'adore) et mettez-les dans l'eau bouillante salée directement 1 à 2 minutes seulement.


Les fettuccine mangés avec des noix de cajou hachés au basilic, à l'huile d'olive et au citron.

Et voici les pâtes façon Jamie OLIVER: le côté friable et l'élasticité est magnifique. Les nôtres l'étaient un peu moins, reste à tester avec de l'huile d'olive au cœur des pâtes.

****

Le second repas, enfin le troisième, vu la quantité, nous avons utilisé les lasagnes à l'ortie avec des courgettes pour des lasagnes végétariennes. La béchamel et le fromage sont ici, en partie, remplacés par du soja cuisine et de la poudre d'amande.

Lasagnes aux orties et aux courgettes
8 plaques de lasagnes environ
4 petites courgettes
100g de poudre d'amande
2 briques de soja cuisine
2 cuillerées à soupe de parmesan
du sel
4 ou 5 tomates séchées
quelques câpres
2 échalotes
thym

Coupez les courgettes avec leurs peaux en fines rondelles. Émincez les échalotes et faites revenir-les revenir avec les courgettes jusqu'à ce qu'elles ramollissent légèrement tout en restant al dente. Hachez les câpres et les tomates séchées, rajoutez-les avec du thym et du sel aux courgettes.

Préchauffez le four à 180°C. Mélangez le soja cuisine avec la poudre d'amande. Mettez une cuillèrée à soupe de ce mélange au fond du plat à gratin. Posez deux plaques de lasagnes, voire plus, puis une couche de légumes et une cuillérée de crème. Une seconde couche de lasagne/légumes/sauce et ainsi de suite, finissez par une couche de lasagne, de la crème et le parmesan.

Enfournez pour 30 minutes environ. Elles seront encore meilleures le lendemain.

mercredi 17 août 2011

Eau chaude parfumée... à la place d'un thé

Et dire qu'enfant je n'aimais pas les bouillons de légumes! J'adorais la soupe, à texture, moulinée ou veloutée mais de l'eau teintée, non! Et puis maintenant je m'extasie devant une eau chaude parfumée. Et non pour une fois ce n'est pas non plus un thé, ni une soupe miso, ni même une infusion, quoique.

Me voilà ravie devant les Kie Shu (bouillons clairs chinois): "Les bouillons sont toujours présents sur une table asiatique. Traditionnellement, ils servent de boisson au cours de tout le repas. Ce sont des infusions ou décoctions de plantes fraiches et sèches. On recherchera la finesse des goûts et des arômes, ils ne sont pas salés. Ils sont servis et bus chauds, ils favorisent ainsi le Qi, permettant de bien digérer."
(extrait de "Recettes végétariennes de Chine" de Hu Shao BEI)
Je ne sais pourquoi mais cela fait quelques années, après avoir été soumise aux infusions familiales "sans sucre ajouté", mais aussi après les soupes miso macrobiotes acceptées (et même refaites même si pas malade!) avant que d'être japonaises et surtout la dégustation choisie de thés, l'idée de l'eau claire (bouillon peu teinté) me plait. Bon, bon, il y a aussi ce petit mot que j'aime et ne saisis toujours pas, le Qi (un peu aussi une quête celui-là!)
Enfin voilà t'y pas que je fais moultes Kie Shue depuis. Ce que j'aime dans les recettes chinoises proposées dans le livre, c'est l'utilisation de peu de légumes. L'accent est mis sur les herbes aromatiques, les plantes sauvages comestibles ou les épluchures... l'idée des peaux d'ail ou d'échalote et voilà que cela suffit à faire mon bonheur. Le tout de première fraicheur.

Voici une de mes versions, j'ai un peu triché en utilisant une herbe aromatique fraiche mais molle:
1 peau d'échalote (celle juste en dessous de la peau séchée que je retire toujours parce que pas assez "fraiche" et croquante)
1 bouquet d'aneth (molles)
2 feuilles de sauges
1 rondelle de gingembre frais avec la peau
quelques fanes de carottes
75cl d'eau

Mettez le tout à bouillir et laissez à petits frémissements une dizaine de minutes. Filtrez et buvez tiède.

mardi 16 août 2011

Les protéines végétales encore et toujours plus

A certains moments, je me dis que j'achète trop de livres de cuisine, que je cherche encore des "astuces" alimentaires et qu'il serait peut-être bon de s'arrêter là et de continuer ce que j'arrive à cuisiner depuis quelques années. Mais non... j'achète encore et toujours.
Un peu comme toutes les bloggeuses culinaires sûrement.
Alors oui, je porte mon dévolu pour des livres parlant de produits que je ne maîtrise pas encore bien. Pas des professionnels de cuisine en tant que chef, ou peu, mais surtout des praticiens à la longue expérience en matière de végétarisme surtout.

Cet été, entre autres, "Protéines vertes, tofu, lentilles, pois chiches, azukis" de Cécile et Christophe BERG est arrivé à point. Je les connaissais déjà ces deux traileurs culinaires et leurs secrets d'endurance avaient déjà fait saliver mes papilles et je les suis, au moins à l'intérieur des fourneaux . En effet, en cherchant de plus en plus à aller vers un flexitarisme à tendance largement végétariste, il me manque toujours le savoir-faire des années d'expérience, la transmission, permettant de se mettre à l'abri des carences et de ne pas juste prendre une partie des notions mais de bien proposer de la variété, de la satiété et de quoi faire travailler au mieux muscles et cerveau. J'adore le seitan, le tofu, les légumineuses mais les recettes me manquaient pour les allier avec diversité aux plats de tous les jours.... Tofus grillé, pané, fumé, en soupe, seitan poché surtout et légumineuses assez souvent seules.
Alors oui, ce livre là est un plus. Bien-sûr, bien-sûr, il y a de nombreux livres indiquant les protéines végétales. C'est sûr aussi que j'en ai acquis d'autres aussi très très spécifiques et très complets, sur le tofu (de maîtres japonais ou chinois), les algues. Les livres de cuisine du monde végétarien se multiplient aussi dans la bibliothèque. Là ce sont des astuces de sportifs, des manières de s'organiser au plus rapide et des bases pour allier une cuisine aux saveurs d'ailleurs mais aussi aux préparations plus "traditionnelles": des chips, des tartes, des sauces.

Le livre est réparti en protéines proposées: bien-sûr le soja et ses dérivés, tofu, tempeh, tofu soyeux, edamame. Le chapitre est peu important mais pas dénué d'intérêt même pour une mangeuse de soja depuis longtemps: comment permettre au tofu d'être plus souple et plus éponge de saveur quand on le prend en conditionnement européen

et surtout comment cuisiner le tempeh (une révélation pour moi qui me forçais à en manger !). Je vous en parlais un peu .

Les autres chapitres nous montrent les bienfaits des autres protéines "vertes" et il est vrai que les astuces sont nombreuses et goûteuses. Les pois secs ou frais prennent des tournures de textures dans d'autres plats, les lentilles se font farine, les haricots secs sont mis en valeur.
Pour nous, si l'étalon de mesure de l'intérêt pour le livre culinaire est de 3 recettes prises et faites siennes, ce livre est au top.

La pâte à tarte salée à base de lentilles, sarrasin et lin est devenue familiale, la recette d'aubergines est revenue bien 4 fois cet été, le petit pois surgelé est maintenant de nos ingrédients préférés pour les smoothies.

Je crois d'ailleurs que nous avons bien fait une dizaine de recettes en boucle. De quoi aussi me donner envie d'un moulin à café et à graines.

Je ne peux que vous le recommander, et le livre et le moulin pour faire les farines au compte-gouttes.