dimanche 29 mai 2011

Privé de quignon


J'ai commencé ce blog (le 4ième) pour diminuer le nombre de recettes de mon blog principal Je Suis Comme Je Suis. Je n'avais d'inspiration que dans l'idée de poser ici comme un tableau de bord de nos assiettes.
Je suis une ancienne gourmande limite goinfre, j'avais envie de devenir gourmet. Je viens aussi avec un passé, une enfance, des restrictions alimentaires importantes, des compensations qui ne l'ont pas été moins. Avec l'arrivée d'un petit être en plus chez nous (notre lutin a 4 ans 1/2), j'ai dû apprendre à faire à manger.
Cela faisait seulement quelques années que je cuisinais et n'engouffrais plus juste pour avoir cette pesanteur dans le ventre, cette sensation d’apaisement, de "calage affectif". Mais avant, je mettais quelques heures pour faire un bon plat: le temps de penser aux ingrédients (limite de les acheter), le temps de trouver mon inspiration dans mes livres de cuisine (qui se sont sacrément accumulés aussi), le temps de trouver les produits et de m'y mettre... C'était alors une cuisine d'amoureuse: une cuisine pour me faire plaisir, pour rendre mon homme en appétence et pour cumuler ce partage.

Mais avec l'arrivée d'un enfant et quelques tolérances au sucre limitées périodiquement, j'ai dû apprendre à cuisiner plus vite, plus "quotidiennement", avec d'autres saveurs moins vite assimilables (une question de palais déformé peut-être, plus envouté jusqu'alors pour le sucré). Je m'évertue depuis bientôt 4 ans à me faire une éducation alimentaire, un apprentissage, un alphabet. J'essaye de me faire un panel d'association, une connaissance des produits.
Je suis incapable de faire des pâtes et du jambon. Je n'aime pas faire à manger, je n'aime pas cette "fainéantise" des saveurs, je n'arrive d'ailleurs pas à l'apprécier au goût. Enfin c'est devenu faux: à force de ne pas en faire, quand elles arrivent avec leur tranche fine rose, les sensations sont redevenues nouvelles et plaisantes. Il me fallait aussi comprendre des produits qui n'étaient pas forcément dans l'alimentation normée: beaucoup, beaucoup de légumes, de fruits, de céréales et de légumineuses avec une envie d'herbes, de plantes sauvages, d'algues, de fleurs, d'épices (presque de moins en moins d'ailleurs) et d'huiles essentielles. Refaire une éducation alimentaire. Prendre les informations là où elles étaient, pas forcément de transmission réelle mais beaucoup de livres pour apprendre sur le tas... sans vraiment de mots ou d'images.
Que c'est long d'ailleurs...
J'avais envie de connaître au moins 4 associations par ingrédients (légumes le plus souvent), soit presque 4 recettes que je pouvais reproduire facilement, presque par réflexe, que je pouvais mémorisé sans peine pour faire mes achats et ne pas passer plus d'une heure à préparer le repas chaque soir. Ce blog m'aide dans ce sens à me retrouver, à aller de l'avant, à exercer cet apprentissage, à en faire une éducation aussi en devant les répertorier, les noter, les reproduire.

J'avais ouvert ce blog pour n'écrire que des recettes. Je n'avais pas d'inspirations sur les textes les accompagnant: ils étaient alors "sans sauce" mais cela suffisait. Mais voilà, j'évolue, je peaufine mes envies et dans celles-ci il y a celles de me créer une éducation alimentaire, une ré-éducation aux goûts. J'avais quelques fois parlé de ce sujet sur mon blog principal. Je reprendrais ici mes réflexions au fur et à mesure (cela ne vous empêche pas d'aller les lire dans leur contexte !).
Je cherche aussi à éduquer aux goût notre petit d'homme. Il est né avec quelques handicaps à ce niveau: vie fœtale pendant un diabète gestationnel dont presque sans sucre et avec peu d'envie à la cuisine alors des plats presque fades et sans saveurs en partage placentaire. Puis l'allaitement a dû être interrompu très tôt, sa saveur a donc été un lait identique tous les jours et toujours sucré et vanillé (même si ce n'était pas les ingrédients principaux sur l'étiquette). Puis il a attendu que je me remette aux fourneaux.
Il aime le pain de mie industriel! Et voilà! Il a été privé de quignon. Non pas que je n'aime pas le pain mais je n'avais pas l'appétence pour faire à manger, prendre plaisir aux courses ou l'ambition de mes envies. Le papa adore le pain mais il était le seul presque à en manger. Alors voilà un des aliments les plus complets sensoriellement qui lui a échappé. Et voilà que des choses molles et presque fades sont réclamées dans ses assiettes.
La culpabilité me prend quelques fois mais je remarque aussi que le loupiot a des sens affinés. Nous avons depuis toujours exercé notre nez: tout petit et pas encore bipède, nous allions humer toutes les fleurs dans les jardins (maintenant au point de reprendre un chemin en fonction du plaisir olfactif d'une fleur sur les bords de route);

puis il était amateur des odeurs de mes thés dégustés (mes billets sont à lire ici), presque addict olfactif comme sa maman. Et puis il a cette puissante aversion pour les produits moins frais: il aime la première fraicheur, ce caractère "cuit dans l'heure".
C'est vrai que moi aussi. J'ai aimé les viennoiseries. Je les aime de moins en moins: j'aime le croissant au beurre extra-frais et cuit moins de 5 heures auparavant. Non, non pas un croissant le soir cuit du matin. J'aime ce beurré et non le côté huileux. J'aime le croustillant de la pâte et le fondant du cœur... surtout pas un croissant mou. Pour le pain, c'est pareil. J'aime le pain du jour, celui à la croute bien croustillante, au craquant clair et presque pétillant. Pas la croûte dure mais celle qui se rompt facilement. J'aime les alvéoles fraiches (de préparation) et tièdes (de cuisson).
Lui n'aime que les gâteaux extra frais. Cette coupe à la dent ou à la main franche. Pas de sécheresse ni de mollesse acceptée.
Il nous faut avoir l'ambition de nos attentes: faire la cuisine du moment, aller le matin chez notre boulanger préféré etc.

Alors oui du pain de mie et du nutell. mais aussi son adoration pour croquer dans les légumes crus, son plaisir aux odeurs, son goût pour le gras souple, enrobant, fort en saveurs et en générosité qu'est le beurre salé et son envoutement pour la préparation d'un poulet entier (pattes, cou et têtes, gésier etc) fourré aux herbes aromatiques! Rien n'est perdu!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire